Je ne sais pas vous, mais pour ma part, l’une de mes résolutions de 2016 est de réduire mes déchets.

Je vous en parlais déjà dans mon article répertoriant les 5 principes de Béa Johnson, très connue en la matière avec son livre « Zéro déchet », et qui arrive à contenir ses ordures de l’année dans un simple bocal.

En lisant son livre et au vue de toutes les émissions que nous voyons autour de l’environnement, j’ai eu envie moi aussi de me lancer dans ce challenge.

Certes, il me reste du chemin à parcourir, mais j’estime que chaque petit geste écolo est toujours un pas dans la sauvegarde de notre planète !

Et si vous aussi vous me suiviez dans cette aventure ?

Vous allez me dire que c’est insurmontable, que c’est aux industriels de s’adapter, ce sont eux qui nous proposent trop d’emballages, que cela va vous faire perdre du temps, que sais je encore.

Comme je le dis souvent pour beaucoup de choses, tout n’est qu’une question de priorité. Si vous avez la volonté, vous y arriverez !

Voici donc mes premiers pas vers davantage d’écologie :

Adieu bouteilles d’eau et prospectus !

Mes deux premiers gestes écolos furent très simples, vous le faites peut être déjà :

L’eau en bouteille : J’avais pour habitude de boire de l’eau en bouteille. Exit bouteilles en plastique et bonjour bouteille en verre ! Je ne vais pas vous mentir, si vous me demandez de choisir ce que je préfère en terme de goût entre l’eau en bouteille et l’eau du robinet, je choisis l’eau en bouteille. Mais honnêtement, ça va, l’eau du robinet est largement acceptable ! Six mois que j’en bois, je suis toujours vivante et ne me suis pas encore transformée en morceau de calcaire géant !

Les prospectus : le nombre de prospectus que je recevais toutes les semaines… Tout ça pour ne pas les lire et qu’ils finissent directement au recyclage. Un petit « STOP PUB » sur la boîte aux lettres, et hop ! Le problème est (presque) réglé ! Oui, je reçois toujours quelles publicités intempestives mais le volume n’a rien de comparable à avant.

STOP PUB

Si vous souhaitez voir les pubs de votre supermarché, le prospectus est toujours disponible sur leur site Internet.

Voici donc 2 premiers gestes qui sont un pas vers une vie avec moins de déchets, jusque là, c’est faisable non ? 🙂

Passons maintenant aux choses sérieuses !

La guerre aux sacs en plastique

Sans être pour autant une grande écolo, j’étais à chaque fois effarée de voir le nombre de sacs plastiques que je consommais en rentrant des courses, via l’achat de mes fruits et légumes. J’avais alors je ne sais combien de sacs qui s’entassaient, que je jetais directement à la poubelle, pour une durée totale d’utilisation de combien ? Peut être 30 minutes maximum ? Quel gâchis !

Certains d’entre vous arrivent peut être à les réutiliser comme poubelle de salle de bain, ou pour jeter les couches de vos loulous, moi c’était direct aux ordures !

Ce problème est censé être résolu puisqu’une loi a été votée depuis le 1er juillet pour supprimer ces sacs en plastique. Je sais pas vous mais selon les magasins, moi j’en vois toujours dans les grandes surfaces…

Rappelons qu’un sac plastique met 450 ans à se dégrader, comparé à la durée pendant laquelle ce sac nous est utile… Vous m’avez comprise.

Mes courses qui ressemblaient à ça une fois déballées…

20160723_101457

… ressemblent désormais à ça :

20160723_101133

Vous constaterez par vous même la différence : j’ai remplacé les fameux sacs plastiques du commerce par des sacs en tissu avec lien coulissant, que je me suis procurée sur Amazon :

20160605_133958

  • 3 sacs de taille M
  • 8 sacs de taille S
  • 2 sacs de taille XS

Pour un total de : 9.96€ précisément. Je pense que c’est à la portée de tous !

Je me sers donc désormais de ces sacs pour y mettre mes fruits et légumes.

  • Sacs lavables : pour ma part je ne les lave pas forcément à chaque fois, tout dépend de ce que je mets dedans.
  • Pas de problème pour peser et coller l’étiquette, cela adhère bien et s’enlève tout aussi facilement.
  • Et évidemment, sacs réutilisables à l’infini ! Il suffit de les avoir en permanence dans le coffre avec les autres gros sacs de courses !
  • Fini le tas de sacs plastique au moment du déballage !

Je me sens encore un peu obligée de préciser à la caisse lorsque je suis dans un supermarché que ce sont mes fruits et légumes, mais cela ne pose pas de problème.

Il y a les sacs plastiques des supermarchés pour vos courses alimentaires, mais il y a aussi les autres sacs : quand vous allez à la pharmacie, quand vous achetez un vêtement… J’ai désormais tout le temps avec moi dans mon sac à main un autre sac, plus souple et plus grand, et qui comporte un bouton à pression pour pouvoir se plier en boule.

Sac

Dès que j’achète quelque chose d’un peu encombrant, je le sors ! Et c’est valable aussi pour les fringues ! Lors de mes virées shopping (que je fais de moins en moins d’ailleurs, c’est un des principes également d’une vie zéro déchet, plus minimaliste), je précise à la vendeuse que je n’ai pas besoin de sac, et je mets mon dernier petit top fraîchement acheté dans mon sac réutilisable. Ainsi, même si je fais plusieurs boutiques, je rentre chez moi avec un seul et unique sac, réutilisable.

Alors certes, ça fait tout de suite moins « Reines du shopping » (c’est vrai que c’est toujours plaisant de revenir avec 36 sacs différents), mais vous pouvez vous considérer comme une Carrie Bradshaw écolo ! (Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, célèbre héroïne de la série « Sex and The City » toujours bien sapée !)

Idem lorsque je fais mes courses au marché : je prends mes petits sacs en tissus, que je mets dans mon grand sac !

Je ne vous cache pas que cela demande quand même une certaine motivation. Le geste des vendeurs est tellement machinal qu’on n’est pas à l’abri de se retrouver avec un sac sans le vouloir. Il faut donc à chaque fois le préciser : « Je n’ai pas besoin de sac, merci ». J’essaye cependant de me tenir à cette rigueur. C’est à chaque fois une petite victoire quand je rentre chez moi et que je fais le bilan du nombre de sacs plastique évité !

Puisque que nous parlons entre autres de courses alimentaires, ma manière de consommer a également changé !

Vive le vrac !

Quoi de mieux pour réduire ses emballages que d’acheter en vrac ! 

Ce mode de consommation est très présent en magasins bio, et tend à se développer petit à petit dans les supermarchés.

J’achète désormais tout ce que je peux en vrac, principalement chez Biocoop, et bien sûr, avec l’aide de mes fameux sacs en tissus.

20160721_124013

Ce type de sac ne pose aucun problème dans ce genre de magasin, vous vous en douterez ! Et chose inattendue, je dirais même que cela crée du contact : Il m’est arrivée plusieurs fois d’être interpellée par un autre client ou la personne à la caisse qui me demande où est ce que je les ai achetés 🙂

Il est vrai que les magasins bio ont l’avantage de proposer des sacs en papiers, un peu plus écolos donc. Et encore, certains de leurs sacs ont une partie plastifiée, pour permettre de voir ce qu’on met à l’intérieur, donc non recyclable.

Quoi qu’il en soit, cela reste quand même un déchet que nous pouvons essayer d’éviter !

Sachez que 15% du coût du produit est dû à son emballage, vous constaterez donc que le vrac est souvent moins cher que le produit emballé. 

Il vous faudra en conséquence investir dans des bocaux, et/ou garder les pots de moutarde, confiture ou autres quand vous les aurez finis !

Voici un petit extrait de mon placard :

20160802_181158

J’ai bien sûr également des conserves, ou d’autres aliments emballés comme des plaques de lasagnes ou des bouillons cube. Encore une fois, je ne prétends pas avoir la vie de Béa Johnson, le but est d’avancer pas à pas !

Petite parenthèse sur le bio : comme je vous le disais, je me fournis depuis le début d’année principalement en magasin bio (et un peu pour quelques articles en grande surface). Et je n’ai pas vu mon budget alimentation exploser, je dirais d’ailleurs qu’il n’a pas bougé. 

Et par pitié : si vous souhaitez manger des fruits et légumes bio, n’achetez pas ceux vendus en dans un supermarché « classique » !! Ils sont tous emballés ! Pour moi cela ne va pas ensemble. On nous propose des produits soit disant sains, mais farcis de packaging et donc très peu écolos.

Super U

Certes, cela demande de revoir un peu son organisation, mais c’est quelque chose de tout à fait faisable. De plus, quand vous achetez en vrac, vous n’achetez souvent que la quantité nécessaire, donc moins de gaspillage !

Une autre piste plus écologique que j’ai également exploitée : réduire mon utilisation de coton.

Remplaçons le coton par des lingettes lavables !

A l’image du nombre aberrant de sacs plastique que j’utilisais pour mes courses, j’ai un jour ouvert les yeux sur le nombre de coton (sous forme de disque) que j’utilisais pour me nettoyer le visage et me démaquiller. Le résultat était ahurissant : j’en utilisais une dizaine par jour. Oui oui ! Vous imaginez sur un an ?! Environ 3600 cotons sur une année ! Ce n’était plus possible.

J’en utilisais 3 le matin : 2 pour les yeux, et 1 pour le visage. Et environ 6 ou 7 le soir, uniquement pour enlever mon fond de teint (j’estime pourtant ne pas me maquiller avec un pot de peinture) et mon mascara.

Mon tort déjà était de ne pas les utiliser recto/verso. Quoi qu’il en soit, je me suis dit qu’il fallait que j’agisse, ce n’était plus possible.

J’ai alors fait un premier test en achetant 4 lingettes lavables de la marque « Les tendances d’Emma », trouvées en magasin bio, mais disponibles également sur Internet.

20160605_113615

C’est un coup à prendre, le format étant différent des disques à démaquiller, mais le résultat fut concluant. J’ai donc investi dans la version plus importante : 15 lingettes regroupées dans une petite boîte en bois, avec à disposition un filet de lavage pour mettre dans la machine à laver. 

Je précise toutefois que j’ai lu dans un article que ces lingettes n’étaient pas très bonnes pour la peau car un peu trop « décapantes ». Il est vrai qu’au fil des lavages, la lingette devient un peu rêche. Pour autant, moi qui ai une peau sensible, c’est supportable !

Rappelons que la production de coton est extrêmement consommatrice d’énergie. Le coton est une des cultures qui utilise le plus de pesticides puisque la production d’un kilo de coton nécessite entre 7 000 et 29 000 litres d’eau et jusqu’à 30 traitements par an. Ça laisse réfléchir non ? Donc bon les lingettes ça décape peut être un peu, mais si c’est pour se tartiner de pesticides avec le coton…  A défaut, essayez au moins de privilégier le coton bio.

Vous avez donc ici quelques pistes pour commencer à vous lancer dans l’aventure « Zéro déchet ». On ne vous demande pas d’être parfait et d’éliminer radicalement tous vos déchets dès le départ. Pour ma part, je sais que j’aurais du mal par exemple à passer aux mouchoirs en tissu plutôt que des mouchoirs jetables, ou même encore comme le propose Béa Johnson, de fabriquer mes serviettes hygiéniques !

Le but est que chacun apporte sa contribution à la protection de l’environnement. 

Je vous ferai part dans un prochain article de mon avancée, avec notamment la fabrication de ma lessive maison et de mon produit ménager !

Et vous, quels sont vos gestes écolos pour préserver l’environnement ?

8 thoughts on “Vers une vie Zéro Déchet : 5 premiers gestes à adopter

  1. Pour l’eau en bouteille, j’ai changé également il y a presque un an… c’est tout simple j’ai acheté une Brita (une carafe filtrante). Et du coup l’eau du robinet est devenue tout de suite plus « potable ».

    Pour STOP PUB, bonne idée, je viens de préparer une lettre pour recevoir des autocollants.

    Pour les sacs plastiques, j’en prenais au marché (là où je me fournis en fruits et légumes) et maintenant ils restent dans mon cabas (réutilisable). Comme ça je n’en prends plus et je les réutilise à chaque fois. Mais en effet, c’est pas une mauvaise idée les sacs en tissus.

    Bon par contre en ce qui concerne le vrac… là j’en ai très peu trouvé dans les magasins standards et comme je n’achète pas de bio… En plus je fais mes courses en ligne avec le drive donc…
    Mais par contre ce que je trouve sympa dans le Leclerc Drive que j’utilise : ils fournissent les sacs une fois et ensuite on doit les rapporter. Ils ne sont jamais tous neufs (sauf la 1re fois) et on réutilise donc.

    1. Merci pour ton commentaire 🙂

      Pour le STOP PUB, de mon côté j’en ai fait un moi même, sur l’ordinateur, en indiquant tout simplement « Pas de Pub SVP. Merci », et je l’ai collé avec du scotch double face sur ma boîte aux lettres.

      Je ne sais pas si tous les magasins font comme ton Leclerc Drive, mais en tout cas c’est déjà une bonne initiative de leur part ! Et quant à tes sacs plastique, c’est déjà bien que tu penses à les garder pour les réutiliser ! C’est un premier pas, c’est ce qui compte 🙂

  2. Essayez les mouchoirs en tissu 🙂 Je n’étais pas enthousiaste au départ et puis petit à petit ça rentre dans mon quotidien et presque exclus tous les mouchoirs en papier. J’en prends 2 ou 3 avec par jour en fonction de la saison (rhume par exemple). Il suffit de les changer régulièrement et d’en avoir une bonne série pour faire la tournante en attendant le lavage des précédents 😉

    1. Oui c’est en effet une astuce à laquelle j’ai déjà pensée mais je n’ai pas encore passé le cap ! J’y songe, d’autant plus que mon père en a tout un stock et que je suis une grande consommatrice… En 2017 peut être !

  3. Pour les serviettes hygiéniques, je suis passée à la cup il y a un an, je ne peux plus m’en passer !!!

    Les sacs en tissu, j’adhère, une idée toute simple à laquelle je n’avais pas pensé !

    Merci pour ces idées simples à mette en place dans son quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *